F.O.R.U.M. F.E.R.M.E.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Empty
MessageSujet: Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]   Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] EmptyMar 5 Oct - 5:56

Fragility's Mask ~
Maëlly Lunoë

Derrière ses masques, face à la vérité … Ou a l'oubli ? Qui a dit que la réalité était digne d'être nommée ainsi ?
      ▬ Nom : Lunoë, cela n'a pas changé.
      ▬ Prénom : Maëlly, cela non plus.
      ▬ Surnom : Maë', pourquoi se défaire des bonnes choses ?
      ▬ Âge : 17 ans, le temps passe, que voulez-vous …
      ▬ Sexe : Féminin, à moins que le chirurgien, prit de folie dans ses actes, ait décidé de tout changer, jusqu'à ce détail là ?

      ▬ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle. Elle ne se souvient pas avoir aimé le féminin.
      ▬ Fantasme : Atteindre l'extase dans toutes les pièces du palais.

      ▬ Cicatrices : Plus aucune, le docteur est un vrai professionnel !
      ▬ Troubles Physiques : Aucun.

      ▬ Rêve : Retrouver tous ses souvenirs.
      ▬ Crainte : Ne plus oublier.
      ▬ Troubles Mentaux : Rien du tout, à part peut-être l'amnésie dont elle a souffert.

      ▬ Odeur Préférée : Celle d'une allumette qui brûle.
      ▬ Style de Musique : Les musiques calmes et sans paroles.
      ▬ Citation Favorite : « La Fragilité n'est que l'aspect physique des âmes fortes. »
      ▬ Couleur la plus Appréciée : Le Noir, comme toujours.
      ▬ Fleur Préférée : La Rose noire, encore.
      ▬ Animal Favori : Le Loup, logique, non ?

      ▬ Pays : Palauwë, encore et toujours.
      ▬ Statut Social : Reine, bien évidemment.

      ▬ Animal : Pallaë, Louve, voir post ci-dessous.

      ▬ Forces : Agilité, Hâte, Discrétion, Souplesse.
      ▬ Faiblesses : Faible Robustesse, n'attaque quasiment pas de près et est très facile à distraire.
      ▬ Avis sur la Guerre : Maëlly n'a jamais eu de véritable avis là-dessus et cela n'a toujours pas changé. C'est une guerre alors … pourquoi faire en sorte de jouer aux pacifistes ? Trop bon, trop con, comme on dit.


Nous changeons tous un peu, non ?
Psychologie


« Je suis Éros, Athéna, Artémis … Ou juste un grain de sable ? Que savez-vous de moi ? Je ne suis ni moi, ni eux, j'ai vécu dans un songe et, lorsque je me suis éveillée, je me suis aperçue qu'il manquait quelque chose … dans ma mémoire ? Il manquait bien quelque chose. Quelque part. Dans les tréfonds de mon âme, au plus profond de mon être. Qui suis-je, alors ?

À vrai dire, je suis celle qui se perd dans vos pensées, dans vos rumeurs, celle qui suit vos délires, juste pour vous faire croire que vous êtes doux comme la soie, beaux comme Vénus. Qu'elle aille se rhabiller, elle ne fait pas le poids face à vous. Cela vous flatte, vous aimez croire à ce que je dis, avec la plus grande conviction, jamais vous ne cherchez à comprendre pourquoi je dis ça. Manipulation totale, je vous maitrise – et vous méprise – mais vous ne vous en rendez même pas compte. L'être humain est idiot, l'être humain est faible. Vous n'êtes que les particules de terre que le vent a oublié de faire disparaître.

Pourquoi ne me permettrais-je pas de le faire à sa place ? Et si je voulais jouer, moi aussi ? Jouer … ou me jouer ? De qui ? Mais de vous, bien évidemment. Faibles et débiles, vous n'avez toujours pas comprit. Nous sommes les maitres de ce monde, ceux qui vous font jouir sous la beauté de nos corps et vous font peur sous les ténèbres de nos âmes. Heurtez-vous à moi, essayez, essayez, vous comprendrez rapidement que le scrupule est un mot proscrit de mon vocabulaire. Vous n'avez toujours pas peur ? Vous en voulez encore ?

La décence vous interdit d'aller plus loin. Le reste de mon âme est sensuelle, chaude, attirante … mais cette partie de moi est celle que vous ne verrez jamais. Ce morceau de mon âme qui n'existe que pour les « élus ». Je parle bizarrement, je vous fais peur ? Si vous le dites. Nous ne sommes plus là pour jouer. Désormais, il y a la guerre. Les combats doivent bientôt débuter, nous n'allons pas faire ami-ami avec le premier venu. Faites preuve d'intelligence. La naïveté n'est plus de ce monde. Elle ne le sera plus jamais. À moins que vous ne soyez assez débile pour le croire ?

N'essayez pas de comprendre, ne tentez pas de vous immiscer dans mon monde. Ne mettez pas le pied sur cette terre que vous croyez fiable. Je n'ai pas de temps à perdre avec des faibles. Montrez-vous intelligent, comme ceux qui sont là-bas … là-bas, dans cette contrée égarée qu'est mon cœur … N'avez-vous donc pas peur ? »

Elle joue la dure ? Oui. Maëlly ne s'abaissera jamais à vous. Elle sera toujours la plus forte, de quelque moyen que ce soit. C'est une princesse qui ne se sent pas forcément à l'aise dans son monde et qui préfère mentir pour se protéger. Manipulation, manipulation, encore et encore. Elle ment à tout le monde, sauf à ceux qui ont eu la chance de partager son petit monde. Lieu qui, fermé à tout être qu'elle ne peut pas forcément encadrer, sera ouvert qu'à ceux qui seront assez intelligents pour comprendre qu'elle ment. Mais ne croyez pas cela si aisé, car c'est bien le contraire. Excellente menteuse et très bonne comédienne, Maë saura vous berner aussi facilement que l'on berne un enfant.

Flatteuse jusqu'au bout des doigts, vanter des mérites qui n'existe pas chez vous – ou qu'elle trouve totalement insignifiants – ne la dérangera jamais. Sa seule préoccupation est que vous la lâchiez, elle n'aime généralement pas la compagnie humaine. Enfin … la compagnie de ceux qu'elle ne supporte pas. Peu de personnes ont su traverser les barrières de son cœur … et encore. Cela s'étant déroulé avant son amnésie, elle n'avait que cela comme choix. La solitude n'étant pas une chose qui la gênera un jour.

Quant aux comparaisons avec les dieux et déesses, c'est tout simplement car Maëlly est vraiment quelqu'un que l'on pourrait associer à ces mythes. Éros, dieu de l'amour et du désir serait bien associé à cette demoiselle surtout pour l'aspect du désir. Mais nous dirons désir charnel. C'est une femme qui ne se cachera jamais d'aimer les plaisirs de la chair. Mais ! Seulement avec une seule personne. Énormément fidèle, elle déteste les trahisons et ne sera jamais prête à fricoter avec quelqu'un d'autre. Il faut savoir, aussi, que si son côté désireux est très fort, il n'en sera jamais « envieux ». Ses biens sont les siens, vous avez les vôtres. Jamais elle ne vous enviera.

Pour ce qui est d'Athéna, c'est tout simplement par rapport à la guerre. Oui, car Maëlly n'est pas quelqu'un d'une très grande sagesse. Peut-être que la ruse irait bien aussi … ? Oui, sûrement. Enfin bref. Pourquoi une comparaison à la déesse de la guerre ? Tout simplement car c'est une personne qui, malgré le fait qu'elle soit physiquement fragile, elle ne reculera jamais devant un affrontement. La guerre est là pour être faite. Jamais il n'y aura de paix tant que ces conflits ne seront pas réglés. Et même si les raisons de cet affront sont totalement débiles, elle ne peut y échapper, alors elle fait avec. Question ruse, c'est tout simple : en tant que chasseresse, elle se doit tout de même d'en faire preuve, non ?

Artémis, douce Artémis … Déesse de la chasse, de la vierge et de la nuit, elle s'associe à merveille à Maëlly, sauf sur un point, qui est la virginité … Enfin bon. Bref, non ? Chasseresse la plus douée de Palauwë, la demoiselle saurait tuer un lapin qui se trouverait très loin d'elle. Précise comme peu de gens peuvent l'être un jour, il semblerait que son style de combat se base surtout sur la rapidité et la précision, mais vous l'apprendrez bien plus tard. Et pour la nuit, Maëlly est une personne qui aime vivre la nuit. Elle aime bien cet instant de la journée qui pourrait être le plus merveilleux de tous. L'on peut tout faire, l'espace d'une nuit … non ? Oui, oui, l'on peut tout faire … Ne cherchez pas plus loin.

Évidemment, pour que ces aspects vous parviennent, il faudrait déjà qu'elle vous apprécie, non ? Sinon, elle se jouera de vous éternellement … Et mentira, encore et encore.


Les joies de la Plastique …
Physiologie


Que dire d'une personne qui sourit tout le temps ? Qui semble constamment être heureuse ? Que dire de ces gens qui ne montrent pas leurs peines ? Sont-ils étranges ? Non ? Alors vous trouvez Maë relativement normale … N'est-ce pas ?

Des mimiques en constante évolution sur le visage, une habituelle joie de vivre sur les lèvres, une chose qui, d'ailleurs, semble ne plus vouloir la quitter … La Reine de Palauwë est une personne qui, malgré les retouches esthétiques, paraît totalement naturelle. Le chirurgien était un vrai professionnel, il faut l'admettre. Maëlly n'est pas une poupée de silicone mais bien une poupée ressemblant à une personne normale qui n'a jamais été retouchée. Qu'est-elle, alors ? Un fantasme. Un fantasme humain. Le fantasme d'un être disparu … qui mourra s'il finit par se montrer de nouveau.

Le corps de la demoiselle apparaît comme gracile, facilement cassable, lui donnant cet aspect étrange de poupée de cristal. L'on ne peut pas mentir véritablement sur cela … Et il est vrai que cette enveloppe charnelle n'est pas bien robuste. N'allez cependant pas croire qu'elle se casse en un seul coup … Maëlly ne mériterait pas sa place de reine, sinon. Sa peau claire … voire peut-être trop pâle, laisse transparaitre un autre de ses aspects fragiles. Cela semble la rendre légèrement plus jolie. Après tout, il est bien connu que les femmes robustes et résistantes sont moins attirantes que celles qui ont la fragilité même en apparence, non ? Tant de préjugés, d'idées refaites … mais tellement de vérité, dans ces choses …

Véritable princesse, la demoiselle n'aime pas mettre des choses autres que des robes, courtes ou longues. Les talons sont aussi sa spécialité. Mais ne vous méprenez pas, son habileté au combat n'en est pas réduite pour autant. Entrainée depuis sa plus tendre enfance à se battre dans des vêtements ou sur des chaussures paralysantes, la jeune Reine a su tirer profit de tous ces désavantages pour, justement, en créer des avantages. De plus, son corps est souple, facile à manier – oui, j'ai bien dit ça … – et lui permet de se battre à peu près comme elle le veut.

Sa silhouette est tout ce qu'il y a de plus svelte, avec des formes plutôt élancées. Maëlly est de ces jeunes femmes que l'on envie pour leur grâce et leur facilité à marcher comme de véritables mannequins. Qui a dit que Maë' faisait tout pour passer pour l'une de ces femmes anorexiques ?! La Reine est totalement naturelle. Seulement, dans les leçons de bonnes manières, il était inscrit qu'il fallait savoir marcher sur de hauts talons en étant gracieuse et en équilibre. Par conséquent, elle dut s'entrainer dur pour arriver à se déplacer ainsi. On n'acquiert pas une telle facilité à bouger en claquant des doigts … Et Maëlly le répèterait à beaucoup de monde, ça …

Plutôt petite, le fait de savoir se tenir sur de très hautes chaussures l'arrange, cela lui permet de tricher et d'apparaitre légèrement plus grande aux yeux des autres. Sa taille ? C'est un secret. Son poids ? Alors là … C'est encore plus privé. Il serait méchant de tout dévoiler, non ? Allez donc lui demander, peut-être vous répondra-t-elle … ?

Revenons-en aux choses « importantes ». De belles prunelles bleues égayent son visage et son teint tout aussi pâle que le reste de son corps. Ses lèvres jouent aussi un rôle dans sa physionomie, fines et légèrement rosées, elles semblent douces … pour le savoir, vous devrez l'embrasser, non ? Mais vous ne le ferez pas, car vous ne le pouvez pas … Héhé.

Il paraitrait que le visage de Maëlly serait agréable à regarder, lorsqu'elle sourit. Même quand elle pleure. D'ailleurs, quand elle pleure, son aspect fragile se renforce énormément, ce qui la rend encore plus particulière. Mais Maë' ne pleure pas beaucoup. Ou du moins, pas pour des raisons banales. Il faut y aller fort pour la forcer à lâcher quelques larmes. Par contre, les sourires, eux, sont tout ce qu'il y a de plus présent, chez la demoiselle. Ne pouvant pas s'empêcher d'arborer ces rictus, que ce soit pour énerver ou rassurer, voire même paraître heureuse, tout bêtement, la Reine semble être une habituée de ce genre de choses. Dites quelque chose, tant que ce n'est pas grave et que l'on peut s'en réjouir, elle sourira. Même lorsque vous êtes malheureux. Elle s'approchera de vous et sourira encore, même si elle ne pense pas sincèrement ce qu'elle fait.

Sinon cela … Maëlly a une chevelure blanche. Des cheveux blancs, certes, mais pas une trace quelconque de vieillesse – ce serait bien dommage pour elle car … à 17 ans, c'est plutôt rare d'en avoir … –, cela signifie peut-être que la couleur est naturelle ? Non, car elle était brune, avant. Le chirurgien ne l'a jamais expliqué et elle n'a jamais tenté de le justifier mais, maintenant, ses cheveux sont lisses et blancs, plutôt longs, d'ailleurs, plongeant jusqu'au bas de ses fesses.

Désormais, que pensez-vous ? Ce chirurgien a-t-il vraiment fait du bon travail ? Vous ne voyez certainement pas cette demoiselle comme une vraie représentation de la perfection … pas comme ce fanatique qui a tout modifié … mais … peut-être êtes-vous de ceux qui oseront un jour lui dire qu'elle est « belle » … ? N'ayez crainte, elle ne mord personne … Non, pas du tout, d'ailleurs … Après tout, pourquoi mordrait-elle ? Ah … N'oubliez pas. Je n'ai pas encore tout dit. Le mystère plane donc sur cette demoiselle … Qui ira la découvrir jusqu'au bout ? ~ Vous ? Certainement pas … Oh que non. Pervers, pervers, pourquoi pensez-vous directement à la voir nue ? Vous cachez très mal votre jeu … ! Non ! Non ! Ne dites rien, je vous vois … venir ? Laissez-tomber, il paraît que cela vaut mieux pour tout le monde. Pensez ce que vous voulez, donc …

Sur ceci, je pense que vous savez à peu près les choses les plus importantes à propos de Maë. Ou de son apparence, tout du moins.


Amnésie, Amnésie … Et le reste, alors ?
Biographie


    C'était un beau jour, il faisait chaud, le soleil était à son zénith, il se jouait des nuages, les ayant tous vaincus …
    Et si je n'en ai pas envie ? Je ne veux pas me recréer son passé. J'ai le mien et, même s'il est oublié, je ne veux pas en avoir un autre. Je suis … une courbe qui, alors qu'elle avance, perd son début. Je suis la courbe qui perd ses repères, sauras-tu me suivre ?


Je n'arrive pas à me souvenir de tout … Je sais juste qu'il dit m'avoir trouvée sur une plage, inconsciente, presque … nue … ou … non, j'étais habillée mais mes vêtements étaient tellement déchirés que l'on aurait pu croire le contraire. Je n'étais plus moi mais quelqu'un d'autre. Déjà, à ce moment, j'étais prête à changer. Rien qu'à cet instant je m'apprêtais à devenir quelqu'un … d'autre ?

Puis, durant un temps, le long moment où j'ai dormi, encore et encore, comme un ours en pleine hibernation, il s'est amusé. Je ne m'étais pas réveillée avant … peut-être dix jours … Je n'ai pas bougé, pas du tout, je me suis laissée porter par la musique de la mort, m'approchant de la lumière blanche, la lueur de la mort, magnifique, là, à m'attirer vers elle … Je n'ai jamais su comment mais, un beau jour, je me suis réveillée, des pansements partout et un être en face de moi. Un homme. Cet homme était mon chirurgien, ce type complètement jeté qui a décidé de se servir de moi comme cobaye. Ce docteur était légèrement fou, il avait décidé de me transformer en son fantasme. Je n'ai jamais su pourquoi il m'avait fait ça, je sais juste qu'il a profité de ma faiblesse pour me soumettre.

Il m'a soumise, oui, transformée en ses désirs, ses idées les plus perverses pour un jour pouvoir me rendre entièrement sienne. Et … si je n'en ai pas envie ? Il ne le savait pas, ça. Non, j'avais toujours agi comme sa poupée, encore incapable de me défendre car, après tout, mes blessures n'étaient pas encore totalement refermées … que dis-je, blessures … c'était plutôt les traces de bistouri qu'il avait faites … ces jolies marques qui n'existent plus. Je ne peux rien dire là-dessus, ce chirurgien était un génie … un véritable génie … Mais je ne l'ai jamais aimé. Ses yeux, sa façon de me tenir, de me toucher … il me faisait peur … Oui, l'on aurait cru qu'à la moindre occasion, si je n'avais pas été fragile, il m'aurait sauté dessus … ou sautée tout court ? J'ai l'impression de me souvenir que de ça … Mais … il y avait aussi ces noms que je répétais sans cesse quand il venait me voir …

Je me rappelle de ce dialogue que l'on avait eu un jour … Oui, je l'avais énervé, à ce moment-là … Il m'avait demandé comment ça allait aujourd'hui, je crois et … Je lui avais répondu que je voulais les revoir … Pallaë, Sakura, Dio et je-ne-sais-plus-qui me manquaient. Je ne me souvenais pas de leurs visages mais … je voulais les voir … Pour réussir à m'en souvenir, justement. Je le voulais tellement que je lui ai vrillé le cerveau durant un bon bout de temps … Et il a faillit m'en mettre une. Sa raison de ne pas lever la main sur moi m'a surprise, d'ailleurs. Il ne voulait pas « abîmer sa poupée ».

Sa poupée … Pourquoi ce nom me fait-il mal ? Je n'avais jamais demandé ça, moi. Jamais ! J'avais juste demandé de partir. Pourtant, il continua. Quelques temps après, je me retrouvais sur le sol, dans une mare de sang … mon sang … mais je n'avais pas mal. Je ne compris qu'après que j'étais anesthésiée et que je ne sentirais rien. J'étais cependant consciente de tout, je le voyais m'ouvrir le corps, enlever des choses, en mettre d'autres … Que faisait-il à mon corps ?! Que faisait-il ?! Cet être totalement débile et inutile me faisait mal … sans me faire mal. La douleur était mentale. Mais il s'en moquait ! Tout simplement parce que j'étais son fantasme. J'étais vraiment son plus grand rêve. Et il espérait bien m'avoir dans son lit un jour …

Un jour, ce qui veut dire que ce n'était pas défini, n'est-ce pas ? Eh bien je profitais de ça pour le faire mariner. J'avoue qu'il s'acharnait quand même à me faire bouger pour déguster mais … il n'y arrivait pas. Il voulait que je sois joueuse, comme lui. Que je sois réellement prête à entrer dans son rêve éveillé. Il n'en pouvait plus de me voir inactive. Au point qu'un jour, il vint me voir en souriant, une nouvelle idée en tête. Nouvelle idée qui, malgré ce qu'il pensait, n'allait pas lui porter bonheur … Oh non, pas le moins du monde.

De sa démarche stricte et impassible, le chirurgien vint à moi, souriant doucement. Que voulait-il ? J'y viens, j'y viens. Il se posa face à moi et glissa sa main sur ma joue. Par réflexe, je reculai et lui lançai un regard noir. Bien plus que ça, d'ailleurs … Je lui vouais la plus noire des haines. Cette haine qu'on n'offre ou qu'on ne souhaite à personne.

    Que veux-tu … saloperie ?


Il faillit me frapper, de nouveau, car il n'aimait pas que je l'insulte. Mais mon apparence l'en empêcha encore. Comment pouvait-il oser s'imaginer de briser sa poupée ? Malheureux, malheureux, il n'avait pas comprit que je me servais de cet avantage pour me jouer de lui … Haha, qu'étais-je machiavélique …

    J'aimerais que l'on passe un marché, toi et moi … Vois-tu, cela fait longtemps que je t'ai façonné un nouveau visage, une nouvelle poitrine etc … cela fait longtemps donc, que je t'ai changée à l'image de mon plus beau fantasme. Et je vois que tu ne veux pas de moi. Pourquoi ?


Je haussai les épaules, en proie au plus méchant des silences, ne répondant pas à sa question « débile ». Il savait que je voulais partir, oui, il le savait très bien. Mais son égoïsme l'empêchait de s'y résoudre. Je répondis tout de même, allant sur un autre sujet.

    Je ne veux pas rester là … Emmènes-moi chez moi, laisses-moi m'en aller.
    Pourquoi devrais-je te laisser faire ? Pourquoi devrais-je le faire ? Je ne veux que toi … et toi, tu ne veux pas de moi …
    LAISSES-MOI PARTIR !


Je lui jetais la table à la figure et partit en courant, laissant les vêtements qu'il avait choisis dans son antre. Je courais, à m'en couper le souffle. Je courais très vite, plus vite que jamais, la peur au ventre, une boule dans l'estomac. Je ne devais pas me laisser attraper, je devais arriver chez moi … À Palauwë ! Je ne savais pas non plus pourquoi je m'en souvenais. Mais je savais que je n'étais pas une personne normale pour eux. Se souviendraient-ils seulement de moi ? Je n'en savais rien …

J'arrivais donc dans ce pays … seule … mais une personne me reconnut. Pallaë. Ma louve. Mon odeur n'avait pas changée et notre lien était toujours si fort. Dans la fougue des retrouvailles, elle s'élança vers moi et me fit ma fête, hurlant aussi fort qu'elle le pouvait. Les habitants arrivèrent alors, surpris de me voir. Je souris, joignant mes deux mains, regardant alentour.

    Allons, c'est moi, Maëlly … Maëlly Lunoë … Je suis revenue … après beaucoup de temps … pardonnez-moi … Je … j'aurais dû faire attention … il s'en est passé des choses … je suis désolée …


Certaines personnes, parmi la foule, se mirent à pleurer, d'autres tirèrent la révérence et, parmi ceux-là, un être vint m'accueillir et me mener jusqu'au Palais. Mindy, disait-elle. Son prénom était Mindy … joli, je trouve. Elle me laissa me rendre dans ma chambre, dans laquelle je fonçai à pleine vitesse, sautant sur le lit avec bonheur. J'étais enfin chez moi … Même si les habitants de ce pays allaient avoir du mal à s'habituer à cela.

Tout reprit alors son cours, de manière particulière mais tout de même … Ma vie était redevenue à peu près normale. J'avais juste oublié quelques petites choses dont je tentais de me remémorer l'existence en lisant ce que j'avais apparemment écrit auparavant. Une chose me choqua tout de même. Je tombai sur une photo de « moi » avant et … je me rendis compte que le chirurgien avait fait un travail plutôt … remarquable …


Et toi, cachée derrière ton écran ?!
In the Real Life


      ▬ Pseudonyme : On m'appelle Maë, faites-en de même ~ o/
      ▬ Âge : Additionnez 2, 4, 6 et 8. Regardez le résultat et … OH MIRACLE ! C'est mon âge ! 'w'
      ▬ Code : [Code Autovalidé, j'ai écrit moi-même le règlement x_x ~]
      ▬ Avis, Conseil à Donner ? : Euh … Nan.
      ▬ Personnage sur l'Avatar : "White Dress", d'Einlee.

________________________________


Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←


Dernière édition par Maëlly Lunoë le Sam 19 Mar - 21:51, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pallaë
    Animal de Chasseur.
    Louve de Maëlly.

Pallaë

Singe
Messages : 12
Age : 27

Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Empty
MessageSujet: Re: Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]   Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] EmptyJeu 7 Oct - 9:18

« Her shadow was constantly followed by her strange character ...

→ Psychologie.

Cela est notoire, un animal sauvage à l’origine, aussi familiarisé à l’être humain fût-il, ne sera jamais totalement domestiqué, ni jamais ne jugera un homme digne de sa confiance. Cette règle s’applique bien entendu à Pallaë, qui fait preuve d'une défiance farouche à l'égard de quiconque l'approche à l’exception près de Maëlly. Bien que non adepte des manifestations d’affection excessives, la jeune louve ne boude pas les caresses de sa précieuse compagne, allant même jusqu’à les lui rendre, de temps à autre, en l’effleurant délicatement du bout de la truffe. C’est par le biais de ces légers contacts que Pallaë transmet à sa partenaire chaleur et réconfort. S’il lui arrive de la sentir psychologiquement fragile, ou en proie à la détresse ou la colère, la louve multiplie et intensifie ces contacts physiques, afin de dissiper autant que possible le mal-être de Maëlly.
Pallaë ne vit en effet que pour cette ravissante et délicate jeune fille, tour à tour cruelle et vulnérable, impitoyable à l’occasion, mais toujours attendrissante, de son point de vue.
Possédant l’instinct et les sens exercés d’une louve, mais la raison d’une femme, sa perception de Maëlly se rapproche beaucoup de celle qu’une mère a de son enfant, et comme telle, elle n‘hésite pas à s‘engager dans la lutte la plus inégale et désespérée si les circonstances l’exigent. Pallaë s’annule entièrement dans son amour pour Maëlly.
Sage et posée, parfaitement accoutumée aux situations extrêmes et aux dangers qui abondent dans son environnement natif, c’est elle qui a enseigné à Maëlly à se mouvoir avec la souplesse et l‘alerte d‘un prédateur durant une battue de chasse, à reconnaître les signaux trahissant la présence d’un ennemi, ou simplement à différencier un fruit comestible de son semblant vénéneux.
Si Pallaë est en mesure de dialoguer par télépathie avec sa compagne, elle affectionne davantage le langage du corps et n’adopte celui des hommes que lorsque la nécessité l’y pousse.


... Her eyes on this body smeared with blood,
do not separate from me ... »


→ Physiologie.

Efflanqué, haut sur pattes et nerveux, le corps de Pallaë semble avoir été façonné pour la course et la chasse en milieu hostile. Svelte et chétive, elle parvient aisément à se frayer un passage parmi la végétation la plus dense, en particulier lorsqu’elle suit les sentiers tracés par de menues proies. Bien qu’elle soit une habile chasseresse, sa maigreur témoigne de la dureté des conditions de vie dans la nature souvent inhospitalière.
Elle prend en revanche un soin méticuleux de sa vaporeuse fourrure, dont les teintes s’étendent du blanc de neige au gris cendré, aimant à se sentir soignée, à l’image de sa maîtresse.
Ses yeux d’un noir de jais sont ardents et mobiles, son museau fuselé, ses mâchoires garnies de crocs effilés et luisants, propres à déchirer la chair comme à broyer os et cartilages. Ses griffes, un temps affûtées commes des rasoirs, ont été élimées et polies à force de frottement avec le sol, tantôt aride, tantôt gelé, de son habitat. En effet, bien que Maëlly lui laisse libre accès à ses appartements, c'est dans un environnement sauvage que la jeune louve se sent réellement à son aise.



« However, I do not let go of my eyes, wanting to know more ...



    ♠ Prénom : Pallaë
    ♠ Nom : ~
    ♠ Sexe : Féminin
    ♠ Classe : Animal de Chasseresse

    ♠ Pays : Pallauwë

    ♠ Forces : Elle est très prompte à l'offensive. Ses sens aiguisés l'avertissent de la présence d'ennemis, même les plus discrets.
    ♠ Faiblesses : Entièrement dévouée à la sécurité de sa partenaire, il lui arrive de ne plus se préoccuper de sa propre sûreté si Maëlly se trouve en péril.



    « And the player ?

      ○ Prénom : Lili
      ○ Âge : Demander son âge à une jeune fille, quelle indélicatesse ! x) Oh, quelle écervelée, je viens de réaliser qu'il apparaît dans mes informations...
      ○ Code : [Je me permets...]
      ○ Comment as-tu atterri ici ? Je ne le dois qu'à ma Maëlly chérie.
      ○ Avis, conseil à donner ? Reste sur tes gardes, ennemi de ma maîtresse. On me connaît pour être impitoyable... Cela s'applique aussi aux noobs...



________________________________
►► Couleur d'édition ◄ ◄
Revenir en haut Aller en bas
https://jiyuunoyume.forumactif.com
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Empty
MessageSujet: Re: Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]   Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] EmptyVen 18 Mar - 20:15

Voilà, c'est fini o/
=> Les changements de Maë seront prit en compte une fois tous les RPs en cours terminés. ^^

________________________________


Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Empty
MessageSujet: Re: Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]   Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Maëlly Lunoë & Pallaë - Reines et Dominantes de Palauwë [Finish.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le combat des Reines
» [Benzoni, Juliette] Dans le lit des reines - Les amants
» VISUALISOR- Ayait, il est finish !!!
» [Demande] Kit : avatar + signature [finish !]
» [CUSTOMS] Golden & Silver Mcqueen Metallic Finish ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jiyuu no Yume :: » Origines « :: « Candidatures ; :: x Candidatures Validées-
Sauter vers: