F.O.R.U.M. F.E.R.M.E.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyMar 1 Fév - 20:22

Encore une nuit à la belle étoile, éveillée par le lever du soleil. La nuit avait été malheureusement plus fraîche que ce que je pensais, et Morphée m'avait emportée bien plus vite qu'à l'origine. Je m'était trouvé un petit coin assez discret en forêt, adossée à un grand arbre, un feu de camp et cela suffisait. Après tout, ma bourse vide depuis plusieurs jours ne me permettait plus de dormir en auberge, même les plus miteuses. Je me nourrissais principalement de poissons que je pêchait, les écureuils étant bien trop rapides pour que je puisse en attraper ne serait ce qu'un seul. Glauque n'est ce pas ? Mais que voulez vous, j'était peut être née avec une cuillère en or dans la bouche, mais le destin en avait décidé autrement. Je n'avait pas mangé la veille, simplement parce que jétais épuisée et que le simple fait de faire un feu me semblait déjà être un gros effort. J'avais passé ma journée à marcher, de Lutargis à Palauwë. Pourquoi ? Pour aller voler les aristocrates bien sur. Je faisait ça à peu près deux fois par semaines, toujours le même voyage, pas le même jour bien sur. J'avais été assez discrète à chaque fois, même si avec le temps, les gens se rendaient bien compte qu'il manquait toujours quelques sous à leur bourse, qui disparaissaient miraculeusement.

Tout en m'étirant, je me dirigeai vers le point d'eau non loin de moi pour m'y laver le visage. La faim m'assaillait, mais je n'avait pas le temps pour ce genre de détails. Aujourd'hui, j'avais décidé de frapper plus fort concernant mes proies. Et le château de Palauwë devait certainement regorger de victuailles qui m'aideraient à me sustenter ET à ramener de quoi nourrir certains exilés avec qui j'avait fait connaissance. En ville, ils étaient tous connus déjà pour leurs vols à l'arrachée et n'avaient pas du tout été discrets. Ainsi je leur promettait de leur ramener de quoi manger, sans rien demander de spécial en retour. Habituellement, les exilés ne restaient pas longtemps aux ruines de Leturgis, deux, trois jours tout au plus et ils disparaissaient sans même dire adieu. Soit je ne les revoyait jamais, soit je retrouvait leurs cadavres, morts de faim, de soif ou bien tués et détroussés du peu qu'ils avaient par des bandits de grand chemin. Bref, je prenait enfin la route vers la ville, remarquant qu'à cette heure, les habitants ouvraient à peine leurs commerces et que seuls les chats errants se baladaient dans les rues. Une fois au château, rien de bien compliqué, j'usai de ma rapidité et discrétion pour me faufiler, profitant de l'humeur somnolente des soldats qui faisaient peu attention à ce qu'il se passait autour d'eux. J'avait repéré rapidement une entrée complètement à l'arrière du château, passant par les jardins qui menaient aux cuisines. La porte grinça légèrement quand j'y pénétrait, mais par bonheur, personne ne s'y trouvait à cette heure ci. Par contre... Le tas de restes, certainement en provenance du festin de la veille, attira largement mon attention. Tout devait être destiné à être jeté, alors pourquoi se gêner. Avec un petit sourire satisfait, j'empoignait le premier sac beige en toile à ma portée, et commença à le remplir sans tenir compte de ce que je prenait. Quelques minutes plus tard, le sac remplit, je pensait déjà au bonheur des exilés, quand un coup asséné sur mon crâne me fit tomber au sol. Je ne put qu'entendre les cris affolés d'un cuisinier quand je sombrai par la suite, inconsciente.

Mes yeux se rouvrirent dans un sursaut, affolée, et complètement hors de moi. J'avait un mal de tête atroce. J'était dans une sorte de bureau, attachée à une chaise et je reperait rapidement ma dague et mon épée sur le bureau en face. Le sac de toile lui, reposait à terre et je me mordait les lèvres tout en m'insultant intérieurement. Comment avait je pu me faire attraper ? C'était bien la première fois depuis des années. Je me débattait sur ma ridicule chaise en bois quand la porte d'entrée sur ma droite s'ouvrit lentement...
Revenir en haut Aller en bas
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyJeu 3 Fév - 21:24

    Piccoli giochi pericolosi …
    Tra ignote …
    Il prezzo ?
    Il sangue del perdente.


Small monster of the dreams,
Killer in nightmares,
I don't know my identity
Who, oh, who I am ?

Je suis la haine, la douleur,
Celle qui, dans vos cœurs, sème la terreur …
Je me faufile dans vos pensées
Et de là, je me mets à vous manipuler.
Craignez-moi, craignez-moi …
Ou ne me craignez pas … et vous …
Finirez par succomber.

La matinée était belle. Tout se déroulait comme il le fallait. Les principaux chefs de l'assemblée n'avaient pas emmerdée Maëlly durant la réunion habituelle, tandis qu'elle faisait de l’œil à Pallaë, prête à se barrer très rapidement. Au moment où ils allaient parler de tout ce qui était administratif, la reine frappa un bon coup sur la table et se leva en souriant, quittant la pièce. Le conseiller principal se mit à crier pour la retenir, tandis que, de la main, elle lui faisait signe d'aller se faire foutre.

Maëlly n'avait jamais aimé les réunions et passait son temps à parler mentalement à Pallaë, ne suivant rien aux racontars des chefs et du reste. Sa vie se résumait à autre chose. Pas de réunions, ni de blabla. Il fallait soit faire la guerre, soit s'éclater. Les rassemblements, c'était « niet ». Elle n'aimait pas ça et se barrait toujours au moment le plus important. Les gens n'aimaient pas cela, dans l'ambassade. C'était extrêmement mal vu. Mais ça … la Reine … elle s'en foutait pas mal … Eh bien oui. Elle se barrait en plein milieu mais était toujours rattrapée … pour autre chose …

Cette fois-ci, la jolie demoiselle s'était fait rattraper par les « vilaines maitresses de chambre entourées de leurs gardes de merde » … Pour un « truc » posé dans son bureau. La Reine sourit sadiquement, prête à les envoyer chier elles aussi, mais elle se retint.

    Pshit. Qu'est-ce que vous voulez, c'est quoi le « truc » ? Pourquoi vous me poursuivez ? Je voulais aller dehors, moi …


Aller dehors … oui, Maëlly adorait sortir … s'évader, aller loin de tout. Quitter sa saloperie de routine pour se rendre au merveilleux pays des rêves … il ne lui manquait plus qu'une main chaude posée sur son épaule. La main d'un homme aimant, d'une personne avec qui elle passerait beaucoup de temps et qui l'aiderait à s'évader de son train-train quotidien. Un homme extraordinaire qu'elle aurait rencontré, comme ça, et qu'elle aurait vite apprécié, avec qui elle aurait des projets … Maëlly se mit à rêver, ne sachant plus trop où elle se trouvait, quand la voix d'une des « bécasses » la sortit de ses songes.

    Mais … madame … c'est une dame voleuse qui vient de tenter de vous voler …


Maëlly se mit à rire. La jolie Reine n'en avait que faire, des voleuses … Ce qu'elle voulait, c'était s'évader dans son monde, avec son homme imaginaire … l'homme de ses rêves … Ah … elle était tellement bien dans cet endroit rêvé … Malheureusement, la bécasse reprit de plus belle, tentant de la raisonner. Une seule syllabe s'échappa de sa bouche alors que la souveraine la fit taire d'un doigt sur la bouche.

    Ma beauté, si tu veux pas que je t'éclate la gueule contre le mur, tu as intérêt à te taire. D'accord ? Tout se passera bien si tu dégages illico.


La tête baissée, la domestique fit le chemin inverse. Ses manières n'étaient pas très polies, à la Maëlly, mais … elle s'en foutait royalement. Oh que oui … Bref. Prenant le chemin inverse, la demoiselle se dirigea vers son bureau, là où se trouvait la voleuse. Manque de peau pour la jeune femme, sortir la souveraine de ses songes étaient une chose interdite … petite, petite, tu signes ton arrêt de mort

Ouvrant doucement la porte, la Lunoë aperçut un saucisson sur le sol. La regardant ouvrir les yeux, elle alla s'asseoir sur son bureau – jamais sur la chaise – et attendit qu'elle se redresse.

    Bon, bon, mademoiselle. Pourrais-je savoir ce qui me vaut l'honneur de votre visite improvisée ? L'on m'a répété que c'était un vol … j'ai du mal à y croire même s'il est très probable que ce soit vrai … Alors, racontez-moi tout.


RP écrit à la troisième personne car c'est une intro. Le prochain sera écrit avec « Je ». ^^
Bon et … pardon pour l'impolitesse xDDD

________________________________


Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyLun 7 Fév - 14:04

Spoiler:
 

Je regardait celle qui venait de pénétrer dans la pièce, sans sourciller, je posait mes yeux de haut en bas sur celle qui me semblait être la reine. Les habitants la décrivaient souvent comme une femme d'une grande beauté, peut être fantomatique vu la blancheur de sa peau, mais qui lui donnait un aspect fragile de poupée de porcelaine. Une poupée bien bâtie d'ailleurs, au vu de ses formes très féminines qui devaient en faire pâlir d'envie et de jalousie plus d'un et d'une. Elle venait de s'asseoir assez négligemment sur son bureau, et je cessait de gigoter, croisant ses yeux bleus déterminés.

– Bon, bon, mademoiselle. Pourrais-je savoir ce qui me vaut l'honneur de votre visite improvisée ? L'on m'a répété que c'était un vol … j'ai du mal à y croire même s'il est très probable que ce soit vrai … Alors, racontez-moi tout.

Du mal a y croire ? Avec ma tenue et mon air on ne peux plus sauvage et pas du tout 'domestiquée', je ne devait pas forcément avoir l'air d'un ange, ni d'une citoyenne tout à fait normale. Le ton de sa voix semblait à la fois intéressé et blasé, tout à la fois. Ma tête se tournait vers le sac, qui justement débordait de restes. Je pensais un instant à user d'humour ou bien à nier catégoriquement ce vol, mais je m'imaginait déjà pendue haut et court en place publique. Une tragique fin qui ne me plaisait guère. Rien ne disait que la vérité sauverait ma tête, mais cette jolie reine ne me semblait pas assez sotte pour croire à quelques mensonges inventés à la va vite. D'ailleurs ces manières simples et nonchalantes avaient tendance à me faire penser à moi, à une certaine époque. Quand le sang royal coulait dans mes veines mais que je ne me comportait absolument pas de manière noble. Mes yeux remontaient, j'était tout à fait calme quand je prit enfin la parole.

"Un vol, un vol... C'est un bien grand mot. Jugez en par vous même en fouillant le sac. Ce ne sont que des restes destinés à être jetés."

Je soupirait, un air lasse sur le visage et faisait maintenant craquer mon cou, la position étant parfaitement inconfortable et insupportable. Peut être aurait je dû montrer un peu plus de respect face à elle, plus de discrétion, mais ce n'était pas mon fort de courber l'échine face aux 'grands' de ce monde. Je me fichait tout simplement de tel ou tel grade, et ne donnerait mon respect qu'à celui ou celle qui s’inquiétera d'instaurer la paix et faire en sorte que son pays ne manque de rien. J'avait vu tellement d'innocents mourir sous la violence ou grâce à la famine, que je me disait souvent que mon père était bien le seul à avoir de l'amour pour son peuple et la vie elle même.

"Je m'en voudrait de vous faire perdre votre temps, sachez donc que oui, dans les termes corrects et appropriés, c'est un vol. Un vol pour certaines personnes qui meurent de faim, ainsi que moi même. J'ai oublié comment fonctionnent les lois et jugements de nos jours, mais puisque je suis saucissonnée à cette chaise, je ne peux que vous laisser maître de mon destin."
Revenir en haut Aller en bas
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyJeu 10 Fév - 16:25

Je la regardai, attentive. Perchée sur mon bureau, les jambes croisées, mon regard se perdait sur ses vêtements, remontant sur sa poitrine, glissant un peu partout. J'avais beau essayer de récolter toutes les informations possibles, je n'arrivais pas à savoir qui elle était. La seule chose que son physique me renvoyait était lié à ses vêtements, qui me signalaient que ce n'était certainement pas une dame de bonne famille. Ou peut-être que si, mais tout devait avoir été décimé jusqu'à la dernière trace. Peu devaient être les survivants, vu son état. Et voilà que je me retrouvai à lui parler parce qu'elle m'avait volée. La vie est une mare de conneries, décidément.

Mes mains glissèrent près de mes cuisses se posant à plat, alors que je continuai de la regarder. Je l'épiais presque, depuis un bon bout de temps maintenant. Sa manière d'être saucissonnée à la chaise m'amusait. Et si je jouais avec elle ? Torture, sadisme, tout ça … Hmm … intéressant. Mais non. Je n'avais pas le droit, je devais me retenir. Et je le ferais. Restant simplement neutre, je portais mon attention sur ce qu'elle racontait. Elle me parlait du vol, de ses raisons, tout ça … Qu'en avais-je à faire, finalement ?

À quoi cela m'avancerait-il de connaître le pourquoi du comment puisque, dans le fond, je m'en fichai pas mal ? Mon attention ne trainait pas souvent sur des choses aussi futiles que celles-ci. J'avais mieux à faire que ça. Même s'il en allait de mon devoir de l'écouter. Et de trouver une solution. Ce qui retint mon attention fut quand même qu'elle m'invitait à fouiller dans le sac pour y trouver les restes qu'elle voulait emporter. Je la coupai presque, me mettant à rire. Ma façon de rire était moqueuse, méprisante. Je lui montrai à quel point j'étais à un niveau élevé, à Palauwë. Rien que comme ça, je lui expliquai que j'étais bel et bien la reine.

Je la regardai, mes yeux finissant par se heurter au sac tandis que je me calmai pour ne pas repartir à rire. Je ne devais pas me moquer, ce n'était pas gentil. Pas du tout. Mais qu'en avais-je à faire, de ça, aussi ? Rien, je m'en moquais purement et simplement. Enfin bref. Elle continuait de parler, commençant à me « gaver » avec ses récits. J'aurais dû me taire, je pense. Peut-être qu'à ce moment-là, le mieux aurait été que je ferme ma bouche. Malheureusement … mon devoir de reine m'en empêchait. Encore lui. Toujours lui. Ah, quelle belle saloperie …

    Tiens donc. Voilà que l'on admet. Une voleuse honnête. Tu sais que c'est rare, ça ? Allez, je vais être gentille et éviter de lever la main sur toi. Autrement, tu serais à terre, à gésir sur le sol, dans une mare magnifique d'hémoglobine. Belle image, n'est-ce pas ?


Je souris, fière de moi, me levant doucement, tournant autour d'elle. Qu'allais-je faire, maintenant ? Je ne savais pas trop, je continuais de la regarder, quasiment impassible, regardant le nœud, son équipement et tout le reste puis retournai m'asseoir sur mon bureau, recommençant à la fixer. Savait-elle que ses actes étaient criminels ? Comment comptait-elle faire ? Hmm … j'aimais bien emmerder les gens. Surtout ce genre de personnes, car ils détestent qu'on leur en demande trop. Haha, ils sont mal tombés.

    Mais … tu sais que, quoi que tu aies tenté de prendre, il s'agit là de vol pur et dur ? Et tu sais certainement que quel que soit l'objet en question, le vol est très sévèrement réprimandé par la loi ? Par conséquent, il va falloir trouver un moyen de te faire pardonner, très chère.


Je souris, machiavélique, sachant que ce genre de questions n'avait jamais plu non plus. J'aimais bien me moquer de tous ces gens, me jouer d'eux, leur faire du mal … que suis-je sadique ! Oh que oui ! Enfin bref. Je restai souriante, les prunelles gigotant un peu partout. Alors, alors … Qu'allait-elle faire ? Piégée, non ? Bienvenue en enfer, cher saucisson.

________________________________


Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyMar 15 Fév - 8:27

– Tiens donc. Voilà que l'on admet. Une voleuse honnête. Tu sais que c'est rare, ça ? Allez, je vais être gentille et éviter de lever la main sur toi. Autrement, tu serais à terre, à gésir sur le sol, dans une mare magnifique d'hémoglobine. Belle image, n'est-ce pas ?

Ces paroles m’échauffèrent les sens, et je déplorait une certaine époque, ou ma propre mère et reine n'aurait même pas manqué de respect de la sorte à qui que ce soit, même pas le pire des bandits. Une vie était une vie, et j'était de cet avis. Malgré que je 'mérite' une certaine réprimande et morale, je n'aimait pas forcément qu'on me parle comme à la dernière des chiennes. Ce n'était pas un caprice d'ancienne fille de roi bien sur, juste un besoin de respect pour toute forme de vie. Un besoin de voir un jour une reine qui mérite réellement son titre, qui l'assume et aime ce qu'elle fait. Mon regard s'était fait plus dur tandis qu'elle tournait autour de moi, m'observant de haut en bas tel un quartier de viande, et pour éviter qu'elle ne puisse voir ma soudaine colère, je détournait les yeux vers la fenêtre ou le jour pointait maintenant fièrement dans le ciel bleu. Peut être qu'après la sentence je n'aurait plus le privilège de sentir le soleil dorer ma peau, le vent souffler dans mes cheveux. Je remarquai qu'elle était enfin retournée à sa place et la sentait encore m'épier. Je ne bougeait pas d'un pouce pourtant et continuait à observer le lointain.

– Mais … tu sais que, quoi que tu aies tenté de prendre, il s'agit là de vol pur et dur ? Et tu sais certainement que quel que soit l'objet en question, le vol est très sévèrement réprimandé par la loi ? Par conséquent, il va falloir trouver un moyen de te faire pardonner, très chère.

Cette fois un petit rire, totalement moqueur, sec et court sortit de ma bouche instantanément. Puisqu'elle semblait vouloir jouer les reines hautaines et sans coeur, je pouvait bien lui rendre la monnaie de sa pièce. N'avait t'elle pas comprit ce que je lui avait dit précédemment ? Ou s'en fichait t'elle au point que seul ma punition semblait être importante à ses yeux ? Le sort de son peuple, de son pays, que dit-je, de ce monde, s'en foutait t'elle royalement ? Je venait de lui dire que je ne volait pas à mon profit, mais bien pour des familles entières mourant de faim se faisant égorger dans leur pauvres chaumières, et voilà qu'elle souriait. Cette fois, je soutenait avec détermination ce regard sadique et vicieux, sans aucune peur quelconque.

"Oh je vois... Oui vous avez raison très chère Reine... Laissons votre peuple crever à l’extérieur et restez tranquillement du haut de votre tour d'ivoire à me punir. Qu'est ce que je mérite selon vous ô belle seigneurie pour avoir osé voler des restes destinés à nourrir les gens qu'on oublie ? Quelques coups de fouets ? Ou alors devenir votre esclave ? Dame de compagnie ? Vous pourrez vous servir de moi et m'humilier à tout va en vous pâmant dans vos robes de soie ? Me faire travailler jusqu'à ce que j'en crève pour votre honorable bonté ?"

Les mots, le ton, tout était prononcé avec une sorte de violence que je ne pouvait exprimer avec les gestes, pas seulement pour la provoquer non, mais pour la faire réagir. J'était franche, tout en usant d'ironie, et cette fois je ne m'adressait pas à la reine mais bien à la femme qu'elle était, à son coeur, s'il battait toujours en son sein blanc. J'osai imaginer un instant ce que j'aurait fait à cette magnifique reine si je n'avait pas été ridiculement saucissonnée à cette chaise, et je me rendait comptes de mes pensées violentes et érotiques à la fois. Le silence c'était tout à coup imposé dans la pièce et je m'attendait à tout. Une réponse négative, une réponse positive, une gifle, ma tête tranchée sur le sol. Je n'était réellement plus effrayée par grand chose. Le monde était en pleine putréfaction avec cette guerre et moi seule, je n'arriverait jamais à changer les choses. Je ne faisait que constater ma solitude, entourée par tous ces vers gluants, affamés de pouvoirs qui ne se rendaient pas compte que leur appétit mettrait un terme définitif aux mots paix et bonheur.

"Je préférerait que vous me supprimiez sur le champ plutôt que tout ça. Je ne serait jamais l'esclave de qui que ce soit. Si vous souhaitez vous amuser avec moi, faites comme bon vous semble, mais sachez que j'ai toujours été têtue, rebelle et un tantinet dangereuse."

Je soupirait fortement et baissait les yeux au sol, un air maintenant vague et presque dépité sur le visage. Il me tardait d'en finir avec ce discours, je n'était pas femme de belles paroles mais surtout d'action.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyJeu 17 Fév - 5:08

De l'énervement, des blessures, du silence … Le passé ? Sûrement. Pourquoi revenait-il frapper ? La nostalgie des jours heureux ? Oh, dans mon cas, je m'en fichais pas mal … Mais elle … Oui, elle. Cet être aux nerfs si fragiles, si amusants à manipuler … Une poupée ? Oh, oui, une jolie petite poupée rebelle … Mais … se laisserait-elle manier par mes mains sadiques ? Il est vrai que je ne suis pas le meilleur exemple pour ce monde … Mais ça, ce n'était pas encore entré dans sa tête. Et j'avais envie de le faire entrer … avec violence … Ou pas ? Un sourire naquit sur mon visage, tandis que je continuai de la regarder, impassible, semblant n'en avoir rien à faire de ce qu'elle faisait. Quelque part, c'était vrai, que je m'en balançais, mais mon devoir de reine m'empêchait de l'ignorer. Je devais la confronter jusqu'au bout, pour que le crime soit réparé. Ah là là … Ces bêtises commençaient à m'agacer. Me levant doucement, en m'étirant, je finis par la regarder, un air complètement gavé au visage, montrant bien que je n'en avais absolument rien à faire de son petit rire. Oh, oui, elle pouvait rire, mais qu'est-ce que cela changeait, dans le fond ? Rien du tout …

Soupirant, regardant doucement ailleurs, je finis par porter mon attention sur ses mots, mes yeux quittant avec rapidité le point que je fixais pour la regarder. De la peur ? Non, pas le moins du monde. De l'émerveillement, dirais-je. Oui, j'étais fascinée par ma facilité à énerver les gens. Mon bel air narquois sur les lèvres, mes paroles transcendantes, ma facilité à rabaisser chaque être que je pouvais voir … Était-ce donc ça, ce que me disait Papa ? « Tu seras haïe quand tu grandiras, si tu ne tentes pas de changer. » Il passait sa vie à me le répéter … même s'il savait que je n'en avais rien à faire. Haha, il était comme chaque humain, après tout : Dénué d'intérêt. C'était malheureux pour lui car, dans le fond, il pouvait vraiment être quelqu'un de bien. Il aurait pu, tout du moins. Désormais, on sait tous avec facilité où il est. Enfin bref. Je restais concentrée sur ses mots, retournant m'assoir, la fixant intensément, très intéressée.

Une simple humaine … ou plutôt une voleuse, comme on en voit souvent ces derniers temps, avait réussi à me maintenir en haleine. J'en voulais encore plus, je désirais plus que jamais de la voir prête à se jeter à ma gorge pour m'étrangler de toutes ses forces en me montrant la haine qu'elle éprouvait envers moi. Ainsi, je passais pour masochiste. Mais qu'en avais-je à faire, de ça, aussi ? Je m'en moquais pas mal … Tout comme beaucoup de choses. Puis, elle reprit la parole, sa voix continuant de m'amener à la dévisager, un air particulièrement fasciné au visage.

Malheureusement, il s'en alla assez vite, lorsqu'elle finit de parler. Je me relevai, croisant les bras, soupirant doucement, secouant la tête de gauche à droite, en signe de négation. Je m'arrêtai, la regardant fixement, un sourire naissant sur mon visage. Peut-être paraissais-je folle ? Je n'en savais pas grand chose, mais j'étais consciente que j'allais certainement semer le doute dans sa tête avec ma réaction. Enfin, si elle connaissait bien Palauwë et les autres récits du monde d'Euris, elle savait que j'étais réputée comme la Reine la plus folle qui ait été nommée. Cette appellation m'avait toujours fait rire … car, quand l'on regardait bien … j'étais plutôt mature, en plus d'être folle. La tête sur les épaules ? Non, non, je ne l'avais jamais bien tenue, ma tête. Toujours, elle se perdait, entre folie et manipulation, donc cela ne pouvait pas être ça. Je pense que j'étais, avec Pallaë, l'une des reines qui avait le moins de mal à gouverner son pays. Nous avions la gamine, Alice, qui n'avait pas l'air franchement maligne, le Roi de Malronce, totalement inconnu, fuyant sa propre identité et ne semblant pas très doué pour gouverner et il y avait … Kenji ?, oui, je crois que c'est ça, que je ne connaissais pas. Je l'avais seulement croisé au couronnement … et jamais rien de plus. Peut-être était-il apte, lui aussi ? Je n'en savais rien. Je reportai mon attention sur la voleuse, prenant à mon tour la parole.

    Ce serait du gâchis que de te tuer … Tu as vraiment tout pour faire une bonne dirigeante, finalement. Oui, tu réponds bien, tu penses beaucoup à ton peuple … Qui n'est, soit dit, pas du tout le tien … Bénévolat ? Je nommerais bien cela autrement, mais le mot ne me vient pas à l'esprit. Par conséquent, non, je ne t'ôterais pas la vie. J'ai bien mieux à faire que cela.


Et voilà comment effrayer une pauvre âme égarée. Ou pas ? Comment allait-elle le prendre ? Bien, mal ? Je n'en savais rien non plus et je ne chercherais pas à le savoir …

    Quant à ton « crime », on ne peut pas parler de punition, puisqu'il s'agit de « bénévolat » … Et … parce que tu m'intéresses franchement, j'ai une idée de deal. Ouaip, elle pourrait franchement t'intéresser. Et j'y gagnerais aussi.


Je retournai m'assoir sur mon bureau, passant juste près d'elle, défaisant les liens qui la bloquaient. Cela ne devait pas être confortable, après tout. Me mettant en tailleur, je recommençai à la regarder, mes prunelles bleues détaillant discrètement son visage. Les marques sur son visage m'intriguaient, même si j'avoue qu'elles ne me gênaient pas plus que ça … Enfin bref.

    Étant donné que tu voles des restes pour ceux qui ne peuvent pas manger, je pense que recevoir de la nourriture, et pas seulement ce qui est destiné à être jeté, donc, contre un service d'une importance particulière à mes yeux ne sera pas de refus … je me trompe ?


Je me tus un instant, lui laissant le temps de réfléchir, ayant conscience que mes sautes d'humeur étaient dures à suivre …

________________________________


Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyJeu 17 Fév - 9:39

– Ce serait du gâchis que de te tuer … Tu as vraiment tout pour faire une bonne dirigeante, finalement. Oui, tu réponds bien, tu penses beaucoup à ton peuple … Qui n'est, soit dit, pas du tout le tien … Bénévolat ? Je nommerais bien cela autrement, mais le mot ne me vient pas à l'esprit. Par conséquent, non, je ne t'ôterais pas la vie. J'ai bien mieux à faire que cela.

Je restait immobile, écoutant maintenant sans vraiment d’intérêt ce qu'elle pouvait me raconter. Je savait seulement qu'il y avait une raison à ce qu'elle ne me tue pas. Je m'imaginait déjà esclave au sein de son château, traitée comme la pire de toutes. Encore, le statut de voleuse pour une ex-princesse me semblait assez désavantageux, alors celui de soubrette ici, aurait été encore pire. Mais peu importait.

– Quant à ton « crime », on ne peut pas parler de punition, puisqu'il s'agit de « bénévolat » … Et … parce que tu m'intéresses franchement, j'ai une idée de deal. Ouaip, elle pourrait franchement t'intéresser. Et j'y gagnerais aussi.

Là, j'était interloquée, intriguée et lorsqu'elle passa près de moi pour défaire enfin les liens qui me saignaient les poignets, je le fut un peu plus. Son parfum vint m'entêter brièvement puis elle retourna sur son bureau, en tailleur tout en me dévisageant. Rapidement je me levait et poussai la chaise, ressentant les courbatures sur mon corps d'être restée trop longtemps dans la même position. Je massai mes poignets tout en soutenant son regard, désirant en savoir plus. Autrement je lui aurait peut être sauté dessus pour lui faire comprendre qu'elle dirigeait très mal son pays, mais cela ne me faciliterait aucunement la tâche de faire du mal à une reine. Et son regard sadique me disait qu'elle aimerait peut être bien trop ça.

– Étant donné que tu voles des restes pour ceux qui ne peuvent pas manger, je pense que recevoir de la nourriture, et pas seulement ce qui est destiné à être jeté, donc, contre un service d'une importance particulière à mes yeux ne sera pas de refus … je me trompe ?

Je croisais maintenant les bras sur mes seins, en tentant de comprendre pourquoi elle changeait soudainement d'avis, elle a qui ça aurait fait si plaisir de me punir. Le silence reprenait entre nous deux, tandis que je réfléchissait à son offre. Alléchante, certes, car imaginer tous ces gens enfin heureux me réchauffait le coeur et me faisait oublier ma rancune. En tant que reine, demander un service contre le bonheur de son peuple finissait de trancher mon avis sur la femme en face de moi. Seulement... Il ne fallait pas oublier que j'était absolument contre la guerre qui se préparait, je le sentait, en ces temps troublés. Sans la faire attendre plus longtemps, je parlait enfin.

"Tout dépend du service. Votre offre est très intéressante, je l'avoue, et je suis une voleuse, faire un marché, c'est dans mes habitudes. Seulement je n'accepte pas tous les deals."

Mes yeux se posèrent brièvement sur mes armes près d'elle, purement et simplement parce que si ce qu'elle me demandait était contraire à mes valeurs, je finirait par devoir payer ce vol. Et maintenant que j'était libre, il n'était absolument pas question de finir enchaînée à nouveau. Mon regard se tourna de nouveau vers le reine, dont je ne savait même pas le nom. Décidément, elle n'était pas du genre très conformiste, à vouloir s'allier avec une femme telle que moi.

"Dites moi tout, je vous écoute. Même si je ne vous garantit rien."

Je commençait déjà sans trop de gêne à visiter le bureau, en attendant sa réponse. Cela faisait bien des années que je n'avait plus mit pieds dans un lieu tel que celui ci, et la luxure de ces endroits m'étaient toujours familière. Je passait ma main sur le bois poli et vernis du bureau, sur le velours rouge de la chaise puis sur la petite bibliothèque, ou reposaient de vieux livres. J'en saisit un, un livre d'histoire plus précisément et le feuilletait vaguement, quand le chapitre tomba sur le récit de la fin de Lutargis. A la vue d'un portrait de famille, mon coeur se serra et mon regard s'assombrit sans que je ne puisse le contrôler et je refermait le livre à la hâte, le reposant à sa place, comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyDim 20 Mar - 3:30

    Je ne suis pas la gentille jeune femme fragile qui s'intéresse à tout le monde. Je suis le monstre de ce pays, celle sur qui tout repose, qui est capable du mal et qui n'arrivera jamais à faire le bien. Je suis la méchante, la reine la plus folle et la plus sadique d'Euris, celle qui, malgré tout, semble s'assumer comme personne ne le ferait. On peut m'envier, me haïr, qu'en ai-je à faire ? Je vis, je fais, c'est tout. Tu ne seras jamais celle qui me fera changer d'avis …


Je la regardais, toujours aussi calme, mon éternel sourire plaqué sur les lèvres. Je l'avais relâchée, la laissant se poser face à moi. Entre nous, il y avait toujours cette histoire bien compliquée de pacte. Cette histoire d'affaires, qui nous obligeaient toutes deux à suivre une chose que l'on n'aurait jamais voulue faire un jour. Mais nous y étions contraintes, nous n'avions pas d'autre choix. C'était ainsi, point final. De plus, la situation ne me gênait pas réellement puisque j'étais maitre des évènements … Oui, j'étais celle qui dominait tout sur l'histoire. J'écrivais avec une plume de cygne sur le grand livre de l'existence. Moi, Maëlly Lunoë, jeune reine, je me préparais à créer un nouveau chapitre de la vie, un chapitre qui s'étendrait sur une ou deux pages, un chapitre comme tout le monde peut en faire … tout simplement, je faisais comme tout le monde : je changeais le cours des choses. À ma manière.

Il fallait croire que j'étais intrigante pour que son regard change ainsi, pour que son expression physionomique se modifie à ce point. Je n'étais pas normale, mais tout le monde le savait … Oui, Euris était au courant de ma folie et bien des gens, parmi eux, savaient qu'elle n'était pas forcément éphémère … Mais tout pouvait arriver, non ? Tout … oui, tout … C'est toujours quelque chose de particulièrement imprévisible … La vie n'est pas un long fleuve tranquille, bien au contraire, il y a des milliers de remous incessants, tout continue, rien ne s'arrête. Jamais. Poisse ou réalité, les deux semblent se mélanger. L'existence elle-même semble ne pas s'aimer. Étrange, comme phrase, non ? C'est bien là la vérité, pourtant … ou autre chose … Hmm … Laissez simplement tomber, il ne faut pas se prendre la tête pour rien …

Elle se mit face à moi et croisa les bras. Habituellement, à cela, j'aurais souri. Je ne serais pas restée … neutre comme je l'avais fait. J'étais silencieuse, attendant qu'elle réponde, soupirant simplement. Je n'étais pas souvent calme comme cela, mais cette fois-ci, j'attendais réellement qu'elle me réponde, qu'elle se décide à me parler de cette fameuse offre dont je parlais tant. Puis, d'un coup, sa voix brisa le calme ambiant, me mettant sur la voie. Une voleuse fait habituellement des offres un peu partout, accepte des marchés à droite et à gauche inlassablement car c'est ce qui fait son métier. Du coup, elle n'était pas gênée de le faire. MAIS ! Une chose suivit sa réaction. Elle n'accepterait malheureusement pas tout et n'importe quoi. J'allais devoir calculer mon coup. Putain … Je n'en avais vraiment pas envie. Non, non … Il n'était pas temps de réfléchir … Je ne le voulais pas, du moins. Soit. Je ne calculerais pas et je balancerais l'idée qui me taraudait. Je devais cependant songer à ma manière de formuler les choses … cruelle situation … vraiment cruelle …

Un regard à droite, un autre à gauche et je m'aperçus rapidement que la voleuse commençait à découvrir mon bureau avec lenteur, passant ses mains un peu partout, se hasardant là où elle le pouvait. Je ne fis pas trop attention à tout ça. Après tout, tant que ses gestes ne venaient pas jusqu'à moi pour me frapper ou autre, je ne m'en souciai pas le moins du monde. Je baissai la tête, à l'affut du moindre bruit tout de même – qui sait, l'ennemi n'est, de toutes façons, jamais bien loin –, plongeant vraiment dans cette mure réflexion. Pour la première fois depuis longtemps, j'allais faire attention à mes actes. Pour la première fois depuis vraiment longtemps, j'allais parler en tant que marchandeuse ou créatrice de pactes. Pour la première fois depuis un bail, j'allais me casser la tête face à quelqu'un … Poisse, poisse … je vous le dis … Poisse éternelle qui incombe mes épaules … Saloperie …

    Eh bien, eh bien … Je dois avouer que, même si j'aime très peu marchander, il m'arrive aussi de le faire … arrangements, arrangements, je me dois de faire en sorte de ne pas ôter la tête à tout le monde, non ? Surtout quand l'idée peut plaire à tout le monde … Enfin bref, non ? ~


Je souris, quittant ma neutralité un instant, haussant les épaules avant de reprendre, exposant mes idées.

    Parlons donc de ce fameux marché … Ce serait un pacte équitable. Je vous donne de la nourriture – et pas forcément les restes bons à jeter – mais, en échange … Vous ne devrez pas combattre, non, la guerre n'est pas une chose pour laquelle je vous forcerais la main. Par contre, le service sera assez complexe … C'est une histoire d'espionnage. Après tout, vous êtes une voleuse, la discrétion ne doit pas être une chose bien gênante pour vous, si ? Écouter ce qui est dit pour me le rapporter. Ainsi, je saurais me défendre ou créer des alliances en cas de besoin. Pas mal, n'est-ce pas ? Les guerres pourront donc être soit repoussées, soit anticipées. Et les combats ne seront jamais bien trop dangereux, puisque nous serons parés.


Je me levai, d'un bond gracieux et malicieux, rejoignant la « terre ferme » avec rapidité. Je la regardai, ni gentille, ni méchante, juste « professionnelle », reprenant la parole.

    Trêve de discours … avez-vous des questions quelconques ou tout vous convient ? ~


Le calme était … revenu. J'attendais, patiemment. Mon offre pouvait intriguer, gêner, même. Un acte pareil par rapport à la guerre pouvait peut-être lui sembler mauvais, pas très intéressant mais … je ne la forçai pas à se mettre sur un champ de bataille … alors autant qu'elle s'en contente, non ? De toutes façons, c'était soit ça, soit je la chassais lamentablement du pays … On envoyait chier les gens comme ils nous emmerdaient, non ? Enfin … cette « règle » ne s'appliquait pas à elle … puisque, finalement, elle n'était pas chiante …

So … Désolée pour le retard. ^^" Et les changements physiques / mentaux de Maë n'ont donc pas encore eut lieu ^^ Voilà voilà o/

________________________________


Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyMar 10 Mai - 20:48

— Eh bien, eh bien … Je dois avouer que, même si j'aime très peu marchander, il m'arrive aussi de le faire … arrangements, arrangements, je me dois de faire en sorte de ne pas ôter la tête à tout le monde, non ? Surtout quand l'idée peut plaire à tout le monde … Enfin bref, non ? ~

Alors que je venais de reposer le livre, sa voix me fit tourner la tête vers elle, comme si j'avais été subitement tirée d'une pensée bien profonde. Des arrangements... Certes, n'importe quel Roi, ou Reine, se doit d'en mener, aussi publics ou secrets qu'ils puissent être. Du moment que ce genre de marchés n'étaient là que pour assurer la prospérité du royaume, et j'était tout à fait d'accord avec ça. Je la vit sourire, et me demandait si c'était bien la premiere fois qu'elle le faisait en toute honnêté face à moi.

— Parlons donc de ce fameux marché … Ce serait un pacte équitable. Je vous donne de la nourriture – et pas forcément les restes bons à jeter – mais, en échange … Vous ne devrez pas combattre, non, la guerre n'est pas une chose pour laquelle je vous forcerais la main. Par contre, le service sera assez complexe … C'est une histoire d'espionnage. Après tout, vous êtes une voleuse, la discrétion ne doit pas être une chose bien gênante pour vous, si ? Écouter ce qui est dit pour me le rapporter. Ainsi, je saurais me défendre ou créer des alliances en cas de besoin. Pas mal, n'est-ce pas ? Les guerres pourront donc être soit repoussées, soit anticipées. Et les combats ne seront jamais bien trop dangereux, puisque nous serons parés.

Je pensais sur le moment qu'elle jouerait avec mes points faibles, comme celui de vouloir voir les paysans se nourrir normalement, afin de m'inciter à participer à la guerre. Bien sur, j'aurai refusé, et serait certainement morte, mais peu importait, ce n'est pas ce qu'elle me proposa, et dans ses simples paroles, je crut reprendre quelque peu espoir. Je m'avancai maintenant à pas lents vers elle, fixant le sol et analysant tout ses mots. Je m'arrêtais en face d'elle à une distance respectable, tandis qu'elle se levait gracieusement.

— Trêve de discours … avez-vous des questions quelconques ou tout vous convient ? ~

Rien dans son expression ne semblait montrer qu'elle se moquait de moi, ou me mentait, et j'avais bien heureusement l'habitude de distinguer ce genre de choses. Mais cette femme était tellement particulière, qu'un 'on ne sait jamais' se percuta dans ma tête, me troublant légèrement. Après tout, elle ne me proposait pas un poste à court terme. Elle aurait pu juste me demander de mener une mission à bien, puis se debarasser de moi ensuite. Mais le rôle d'espionne n'était pas une chose simple et chaque information à récolter demandait un temps précieux. D'ici là, j'aurai eut la satisfaction d'avoir nourri plusieurs bouches et sauvé quelques vies. Finalement, nous n'avions pas les mêmes caractères, pas les mêmes façon de penser ni d'agir sur certains sujets, mais sur celui ci... Nous étions en accord. Pas de violences, juste des informations à glaner pour se défendre en cas d'attaque. Ca me convenait tout à fait, c'était même totalement bénéfique pour moi, qui ne demandait qu'à oeuvrer pour la paix.

"Aucune questions, tout parait bien clair, et ça me semble équitable. Sachez neammoins que j'ai toujours mon propre esprit de jugement. Si lors de mes missions, je me dois d'éliminer une menace répugnante, je le ferait, et en cas de bavure, je ne mentionnerai jamais votre nom. Je suppose que pour ce genre d'affaires, aucun papier quelconque ne sera signé, alors..."

Plus jeune, j'avais souvent assisté à ce genre de signes, de sermonts, sauf que ceux qui les recevaient c'était mes parents, mon frère et moi. Je prit une profonde respiration et dégageait une meche de cheveux, avant de poser un genou à terre et baisser la tête.

"Ma reine, je vous promet allégeance et mènerai à bien les missions dans la plus grande discrétion, dans le but d'assurer la sauvegarde et la pérennité de la paix au royaume. Je suis à votre service dès à présent."

Peut être allait t'elle trouver cela stupide, ennuyeux, ou autre, mais peu importait. J'avais gardé quelques valeurs que l'on m'avait inculquée enfant, et je les honorait. Celà pouvait troubler de me voir connaitre ainsi les usages de la royauté, mais du moment que je n'en disais pas trop, tout irait bien... Patiente, j'attendait sa réaction, un geste, ses ordres ou consignes immédiats.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlly Lunoë
    Chasseresse.
    Reine.

Maëlly Lunoë

Cheval
Messages : 390
Age : 29

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyVen 13 Mai - 17:25

Un sourire, un regard, je passais ma vie à la regarder, je ne pouvais pas la quitter. Ses gestes, ses manières de faire, tout ça … Ce n’était pas une personne qui m’attirait d’une manière ou d’une autre, mais j’étais là, à ne pas la lâcher. Je n’aurais pas su dire si tout n’était que doute ou intrigue, mon esprit me semblait encore trop flou pour cela et je n’avais pas le temps de réfléchir à tout. Ma concentration était portée sur cette fameuse affaire. Une main se hissa doucement dans mes cheveux, repoussant une mèche brune avec toujours autant de grâce que possible, chose qui marquait souvent les gens venant de moi, qui passait ma vie, non pas à être superficielle, mais à sembler toujours attachée à mon physique, semblant fragile mais si jolie. C’est du moins ce que disait « maman ».

Je n’étais pas le genre de femme à qui on donnerait « le bon Dieu sans concession » mais bien celle qui faisait légèrement peur par son comportement étrange et sans cesse instable, j’étais ce genre de personne qui arrivait à semer le doute dans les gens en quelques minutes seulement, j’étais dure à cerner … et la demoiselle avait l’air de ne pas réussir non plus. J’en souris, véritable monstre avide de doute et d’incompréhension. J’étais vache, tout de même, mais c’était si drôle … ah là là … Héhé.

Elle vint vers moi après mon petit discours explicatif, s’approchant de son pas félin, lentement, avec un corps plutôt … bien fait ? Oui, sûrement, je ne pouvais pas mentir là-dessus, j’étais obligée de l’admettre, cette femme était bien faite, jolie, mais je ne pouvais pas commencer à partir dans mes délires, même si c’était toujours marrant … Haha. Sa réponse fit grandir mon sourire, elle était d’accord et, qui plus est, en voleuse excellente, ne dirait rien sur ce qu’elle avait à faire. Il y avait des choses qu’elle devait savoir aussi … Je ne la laisserais pas mourir pour une faute. Si je me devais de la défendre lors d’un problème auquel je pouvais me mêler, mes bras ne resteraient pas croisés. Je n’étais pas non plus une personne sans cœur … À moins que … n’est-ce pas ? Après tout, je ne pouvais rien dire, les gens me voyaient souvent tous comme ça … ce qui, je l’avoue, ne m’avait jamais gênée, haha. J’étais une mauvaise personne, oui, et alors ? J’étais telle que j’avais toujours été et je ne changerais pas de sitôt … oh que non …

Mais … je n’allais pas le dire maintenant. Pourquoi ? Je n’en avais pas envie. Puis il allait encore se passer des choses, non ? C’était bien trop simple comme c’était là … Oui, je suis extrêmement compliquée, mais je trouve toujours le moyen de me faire … accepter ? Non, non, je dis n’importe quoi, je m’égare avec beaucoup trop de facilité. Est-ce mal ? Oui. Je soupirai doucement, pensant à ce qui allait bien pouvoir se passer quand, contre toute attente, elle s’abaissa, poussant l’une de ses mèches de cheveux, d’une manière extrêmement solennelle qui pouvait presque faire peur au plus fou d’entre nous. Moi ? Je n’entrais pas réellement dans cette catégorie, en tant que reine, je devais me faire à ce genre de cérémoniales, ce qui ne m’avait gênée qu’au début de mon apprentissage en tant que princesse … Ah … ce vieux temps bien regretté de toutes les reines de Palauwë. Quelle belle vie que nous avions au départ, quelle belle vie ! J’en soupirai derechef, finissant par sourire à sa remarque. Sa voix était sincère, il n’y avait pas de mensonge à déceler de quelque manière que ce soit, elle disait « vrai ». Cela me fit également sourire.

Ma main, comme prise d’un réflexe incroyablement naturel, se hissa sur sa tête, glissant jusqu’à son menton, que je relevais doucement pour lui faire signe de se relever, croisant son regard avec un petit sourire malicieux, me jouant de la formalité de tout ça, bien que je n’en étais que plus flattée. Je ne savais rien d’elle mais, toujours, cela m’intriguait, je n’étais jamais si … « intéressée » par une personne, quelle qu’elle soit d’ailleurs, mises à part les quelques personnes proches de moi, Dio par exemple. C’était une des « nôtres », une espionne qui aurait son rôle parmi les « vrais » soldats de Palauwë. Et peut-être deviendrait-elle plus un jour, je n’en savais rien et je n’étais pas en mesure de le savoir.

Gentiment – ce qui était plutôt rare, venant de moi –, je lui souris, redonnant au calme sa place parmi cette étrange réunion. J’en revins à mon idée de départ, liée au fait de tuer ou d’être tuée par rapport à elle, ce qui me semblait tout de même étrange à dire mais que je devais quand même formuler, il le valait mieux pour plus de compréhension et peut-être plus de confiance … Mais je devais aussi lui parler de plusieurs autres choses … Tout n’était donc pas fini.

    — Eh bien, eh bien … Nous devons parler de plusieurs autres choses aussi … Je suis tout d’abord heureuse que vous acceptiez le marché, ce qui nous sera bénéfique à vous comme pour moi, évidemment, mais nous avons d’autres choses à faire aussi. Tout d’abord, il y a le fait que vous pouviez mourir lors d’une mission. Nous nous arrangerons pour que vous ne soyez pas seule lorsque ce sera périlleux, il ne faudra pas perdre une vie aussi signifiante. Là encore, je ne parle pas que de moi ni de Palauwë, mais aussi de ces gens à qui vous rendez service en amenant de la nourriture. Nous pouvons aussi vous rendre d’autres services en fonction de certaines missions, renforcer la sécurité de ces gens auxquels vous venez en aide par exemple. Je pense que vous voyez où je veux en venir …


Un sourire, un simple sourire, mais qui en disait beaucoup. J’en avais déjà beaucoup dit, mais je n’avais pas encore fini. Un discours digne de celui d’une reine ? Oh, j’en étais fière, vous savez ! Oui, oui, j’étais très fière de ce que je disais là, même si cela ne se voyait pas le moins du monde.

    — Et, bien évidemment, nous avons aussi une troupe de voleurs qui pourrait bien vous aider dans vos missions, nous vous invitons à rendre visite à ces gens. Leur chef est dans le palais, il n’est pas difficile à remarquer, toujours comme une statue, à attendre mes ordres. Peut-être que vous pourriez vous entretenir avec lui, en disant que vous venez de moi … ? C’est maintenant à vous de voir, je ne suis plus dedans, je sais juste que vous êtes désormais … des nôtres.


Et voilà, c’était fait. ~ Tout était fini … Ou du moins … Presque. Les actes à venir étaient encore très sombres … Et j’avais hâte de voir ce qui allait advenir.

________________________________


Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Signmaev4

Ma vie sans toi est telle qu'une journée sans Soleil.
Je ne pourrais jamais me résoudre à te perdre,
J'ai beaucoup trop besoin de toi ...

Et mon âme, lentement, en la tienne s'emprisonne,
Elle s'adonne à te donner des plaisirs, tandis que tu la dévores ...
Mais j'en veux encore ...


→ Couleur d'Édition ←
Revenir en haut Aller en bas
Shizuka Miura
    Voleuse.
    Espionne.

Shizuka Miura

Dragon
Messages : 95
Age : 31

Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] EmptyMar 17 Mai - 14:55

J'avais baissé la tête, assez naturellement et en guise de respect, les yeux fixant -sans vraiment les fixer- les pieds de ma Reine qui ne tardèrent pas à bouger lentement pour se retrouver bien plus près de moi. Je m'était attendue à n'importe quelle réaction, même à me faire littéralement jeter, mais j'était loin de me douter qu'elle serait capable de gentillesse envers moi. Surtout qu'il y a encore quelques minutes en arrière, elle était prête à faire tomber ma tête ou me chasser hors du pays. Le cours des choses prenait toujours une tournure étrange, la vie était ainsi. Je sentait donc sa main se poser sur ma tête, puis glisser sur mon visage pour saisir doucement mon menton et m'inviter à me relever, ce que je fis dans la seconde sans détacher un instant mon regard du sien. Son sourire s’éternisait sur son visage tandis qu'elle prenait la parole.

— Eh bien, eh bien … Nous devons parler de plusieurs autres choses aussi … Je suis tout d’abord heureuse que vous acceptiez le marché, ce qui nous sera bénéfique à vous comme pour moi, évidemment, mais nous avons d’autres choses à faire aussi. Tout d’abord, il y a le fait que vous pouviez mourir lors d’une mission. Nous nous arrangerons pour que vous ne soyez pas seule lorsque ce sera périlleux, il ne faudra pas perdre une vie aussi signifiante. Là encore, je ne parle pas que de moi ni de Palauwë, mais aussi de ces gens à qui vous rendez service en amenant de la nourriture. Nous pouvons aussi vous rendre d’autres services en fonction de certaines missions, renforcer la sécurité de ces gens auxquels vous venez en aide par exemple. Je pense que vous voyez où je veux en venir …

Une vie aussi signifiante ? C'était bien la première fois depuis longtemps qu'on me disait cela. La vie d'une voleuse n'avait jamais grande importance. Mais peut être devais je me mettre en tête que mon nouveau rôle me donnait l'espoir d'un nouveau départ, et d'un autre destin. Du moment que j'avais enfin un but, tout ce qui sortait de la bouche de ma Reine me semblait tout à fait logique. Je servais, j'était récompensée, quoi d'autre ? J'était complètement désintéressée, rien de ce que je faisait ou acceptait de faire plus tard, ne reviendrait à mon unique personne. Je ne pensait pas assez à ma vie peut être ? Peu importe. Que vie ou mort soit sur mon chemin, j'avais un rôle à jouer, et je voyait tout à fait mon destin se jouer sur le chemin que j'empruntait.


— Et, bien évidemment, nous avons aussi une troupe de voleurs qui pourrait bien vous aider dans vos missions, nous vous invitons à rendre visite à ces gens. Leur chef est dans le palais, il n’est pas difficile à remarquer, toujours comme une statue, à attendre mes ordres. Peut-être que vous pourriez vous entretenir avec lui, en disant que vous venez de moi … ? C’est maintenant à vous de voir, je ne suis plus dedans, je sais juste que vous êtes désormais … des nôtres.

Des leurs... Peut être était-ce ce dont j'avais vraiment besoin après toutes ces années de solitude. Des alliés, une communauté. Bien sur, cela ne m'empêcherait pas de rester quelque peu méfiante, les traîtres étaient partout en ce monde. Et je me ferait un plaisir de leur couper la gorge pour la bonne cause. Je calmait mon impatience intérieure, et reprenait enfin la parole.

"Je rencontrerai le chef des voleurs comme il se doit, et le plus rapidement possible. Puis je me tiendrais à votre disposition pour toutes les missions que vous souhaiterez me confier. Je ne compte pas résider au château, sauf si bien sur vous l'exigez. Mais je pense qu'en tant qu'espionne, je devrait garder mes distances, pour ne pas semer le doute. Si vous souhaitez faire appel à moi, je réside dans les ruines du château de Lutargis. Un endroit certes mal fréquenté, mais les exilés ne s'y mêlent que de leur triste vie."

Je me penchait pour la saluer, signe que je prenait congé puisqu'il me semblait bien que notre discussion était terminée et notre accord conclu. En relevant la tête je lui rendait son sourire, puis sortit d'un pas léger. Il était temps de rencontrer ce chef et de ne pas perdre plus de temps ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]   Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une sale journée [PV Maëlly Lunoë][Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sale blague
» La littérature "sale"...?
» Sale espoir N°2
» Ouh, la sale bête !
» fleur de la journée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jiyuu no Yume :: » Palauwë « :: « Palais des diamants ; :: x Salle de Réunion-
Sauter vers: